My Green Way #5 : Féminité, solutions naturelles, simplicité et réduction des déchets.

T’sais, y a ce genre de sujet dont t’as envie de parler depuis un moment mais, tu ne sais pas comment l’aborder. Du coup, j’me lance un peu comme ça, les pieds dans le vide pour te faire part de mon expérience et puis aussi pour que tu me fasses part des tiennes. Je ne sais pas trop par où commencer mais je vais essayer de rester claire. 🙂 Tout d’abord les règles (menstruations, ragnagnas, etc…) je le rappelle, n’ont rien de sale. Rien du tout. C’est simplement un phénomène naturel du corps féminin. Pendant à peu près la moitié de ta vie de femme, tous les mois elles arrivent. Tatataaan.. (best intro ever)

tumblr_oz0dldiAOP1qzh7bfo1_400
 » Visiteur mensuel ? Tu peux dire règles.  » source

Règles et protections hygiéniques 

Comme la grande majorité des filles j’ai donc utilisé tout simplement des tonnes de protège-slips, de serviettes et de tampons JETABLES. Pendant près 8 ans j’ai mis tout ça sur ma petite mimine (c’est mignon hein!): plastique, viscose, polypropylène, polyéthylène,  polyester, polymères de synthèse,… (c’est moins mignon). De plus, d’après une étude argentine 85 % des protections intimes commercialisées contiennent du glyphosate. Mais si,… Tu sais, le désherbant qui fait polémique en ce moment, c’est lui ! Il y a aussi les procédés de blanchiment des tampons qui laisseraient des résidus de dioxine.. En terme de déchets, on est sur une sur-abondance de plastique : emballage du paquet, emballages individuels, adhésifs,.. Tout ça pour finir à la poubelle où dans les toilettes. Il faut savoir qu’un tampon met entre 400 et 500 ans pour se dégrader quand même. Si on fait le compte sur toute la vie d’une femme ça fait une montagne de déchets mauvais pour la santé, pour l’environnement et une jolie somme d’argent. On a tiré le gros lot je crois non ?! Alors, quelles alternatives utiliser ?

La cup : Je t’en avais parlé il y a déjà plus de deux ans ici. Je crois qu’aujourd’hui tout le monde connait ça. On en voit « fleurir » un peu partout dans les magasins et sur les internets. En gros, c’est un petit contenant en silicone médical qui retient le sang et qu’il faut vider toutes les 4 à 6h. Même si elle n’est pas pleine, oui. Attention, quelque soit ta protection hygiénique si elle est intra-vaginale il ne faut pas la garder plus de 6h (c’est le max du max!). Coline t’explique tout (ou presque) sur la cup ici. Le budget est de maximum une trentaine d’euros pour une durée de vie de 10 ans visiblement (économique hein!). Tu la nettoies avec du savon naturel après chaque « vidange » (oui c’est drôle ^^) et après chaque cycle tu la stérilises dans de l’eau bouillante. EASY ! Il y a plusieurs tailles et plusieurs formes (avec ou sans tige par exemple). Le mieux c’est d’essayer. Ma première cup (que j’aimais tant) à mystérieusement disparu en déménageant le camion. J’en ai acheté une nouvelle dans un magasin bio, fabriqué en finlande (Ahem)… Je suis beaucoup plus à l’aise avec une cup sans tiges personnellement. Après deux ans d’utilisation je lui dit merci.  Hyper pratique, discrète, pas très chère, écolo et plutôt cool pour la santé : je dis bingo (comment ça ne se dit plus ?) !  Le seul inconvénient est qu’il faut un petit coup de main au début, mais au bout de deux cycles ça va tout seul ! Pour l’utilisation, tout est expliqué ici. En prime, j’ai vraiment l’impression que la cup m’a « réconcilié » avec mon corps et ma féminité. Les règles que je trouvais dégoutante au début sont devenues un phénomène naturel tout simplement. Je te glisse la carte « Clean your cup » pour trouver toujours un endroit pour vider ta cup dans le monde, rien que ça c’est cadeau. Si je perds celle que j’ai actuellement je rachèterais sans aucun doute la cup Lunéale, parfaite pour moi : fabriquée en France, une équipe à l’écoute et sans tige ! La cup n’empêche pas le syndrome du choc toxique hein !

tumblr_mu1xnlYPPv1sy90q8o1_500
« Ni dieux, ni maitres, ni tampons » source
  • Serviettes et protèges-slip lavables : Je me confesse, je n’en ai toujours pas acheté. Pour le moment je n’en utilise pas mais parfois je regrette de ne pas en avoir un sous la main ^^. Là encore c’est plutôt économique, écologique et hyper simple à utiliser. Une pression pour tenir la protection sur la culotte. Il faut vraiment démystifier le coté « sale » des règles. Qui n’a jamais eu de fuite dans sa culotte ? Ben là c’est pareil, tu pré-nettoies à la main et tu la glisses dans ta machine. Presque trop simple ! Je n’ai donc aucune marque à te conseiller, mais je compte sur toi pour me glisser tes chouchous en commentaire. Sinon je te glisse ici un lien Etsy avec de jolis motifs.
  • Culotte de règle : Jamais essayé non plus mais visiblement c’est plutôt hyper bien. Coline en présente une ici également. C’est un peu plus cher que les protections précédentes mais c’est le même principe. Pour tout t’avouer, j’hésite à acheter une culotte plutôt qu’un protège slip lavable.. J’y réfléchis ^^
  • Le flux instinctif libre : Et si l’avenir des règles se faisait sans aucune protection hygiénique ? C’est ça le flux instinctif libre. Le sujet a explosé sur les internets, après les scandales du syndrome du choc toxique. En gros, c’est vraiment écouter son corps et gérer ses règles un peu comme une envie de faire pipi. Je trouve la démarche hyper bien. Elle permet de se reconnecter à son corps et de vivre ses règles en pleine conscience et écoute de soi. J’avoue que ça aussi ça me tente bien, mais comme tout ce qui me semble un peu magique et révolutionnaire j’ai peur d’essayer car j’ai peur d’être déçue. C’était pareil pour la cup, par exemple,j’ai attendu deux ans avant d’acheter une cup, oui oui…

féminité - simplicité - zero déchets - zero waste - nature - cup - règle - menstruation - menstrual cup - period - contraception - sterilet - diu - cuivre - slow life - slow living

Sexualité et contraception

Moi aussi j’ai commencé avec la pilule, comme la majorité des filles. J’ai eu la mini-dosée.  J’ai passé 4 ou 5 ans sous pilule à changer tous les 6 mois.. Parce que moi ça ne m’allait pas du tout : dépression, envie de manger tout le temps, maux de ventres,.. Vive les cachets bourrés d’œstrogènes et de progestérone de synthèse ! Bref, j’ai arrêté les hormones. Ces petites merveilles (les hormones) se retrouvent également dans nos urines et donc dans la nature. Visiblement, on retrouve des résidus d’hormones dans les cours d’eau ce qui perturbe la faune et la flore aquatique…

  • Stérilet au cuivre ou DIU au cuivre : les gynécos ne le conseillent pas forcément et même parfois le déconseillent si tu n’as pas eu d’enfant. Ceci est une idée reçue, il suffit d’opter pour une petite taille. J’me rends compte qu’il porte hyper mal son nom d’ailleurs : il ne rend pas stérile, non non. J’ai décidé de partager mon expérience de plus de 6 ans et demi car les bons retours se font rares sur les internets. J’suis une ancienne du DIU tu sais ^^. Parmi les multiples avantages du stérilet mon préféré : exit les hormones, le cuivre rend naturellement les spermatozoïdes inactifs. Là encore c’est hyper économique puisqu’on peut le garder 5 ans et qu’une plaquette de pilule coûte une petite fortune. C’est également la contraception qui produit le moins de déchets : hallelujah ! Attention toutefois il n’est pas conseillé pour tout le monde notamment si tu as une malformation utérine où une infection génitale haute (clique pour en savoir plus). Et la pose ? Ce n’est pas forcément douloureux. Personnellement j’ai eu deux poses et un retrait de stérilet. Je n’avais rien pris pour soulager la douleur la première fois et j’ai eu un peu mal sur le coup mais très légèrement. Les autres fois, la douleur était un peu plus forte mais supportable. J’ai eu une douleur abdominale le lendemain et plus rien pendant 5 ans 😉 . Visiblement il peut rallonger légèrement les règles et ton flux. Personnellement, ici elles durent un tout petit peu plus mais rien de gênant et le flux n’est pas plus important. Je n’ai eu aucun problème avec les fils en plus de 6 ans et demi. Même avec la cup et le fameux « effet ventouse » je ne l’ai jamais perdu. Mes différents compagnons n’ont jamais senti le fil non plus. Au pire, détends-toi ta gynéco (ou sage femme d’ailleurs!) peut raccourcir les fils ! Je ne peux que te conseiller le stérilet au cuivre : c’est une petite merveille (attention il existe des stérilet aux hormones aussi!).
  • Symptothermie : c’est une méthode naturelle basée sur une série d’observations et la prise de températures. Je glisse ça ici au cas ou ça t’intéresserai. J’imagine que, tout comme le flux instinctif libre, cela permet de se reconnecter avec son corps et de l’écouter vraiment.

féminité - simplicité - zero déchets - zero waste - nature - cup - règle - menstruation - menstrual cup - period - contraception - sterilet - diu - cuivre - slow life - slow living

Si tu penses à quelque chose de naturel que je n’ai pas noté n’hésites pas à me le dire en commentaire. Je ferais un ou plusieurs édits (j’suis une folle dingue ^^!). J’espère que cet article t’a plu, j’attends tes retours et expériences 🙂

Prend soin de toi

A très vite

EnregistrerEnregistrer

2 réflexions sur “My Green Way #5 : Féminité, solutions naturelles, simplicité et réduction des déchets.

  1. Je suis comme toi, adepte de la cup et du sterilet en cuivre, j’ai été sensibilisée que très tard à ce niveau là, du coup je les utilise seulement depuis la naissance de mon 4ème enfant (mieux vaut tard que jamais) mais c’est sûr, j’en parlerai à mes 3 filles quand elles auront l’âge de se soucier de ce genre de choses.
    J’ai un peu d’appréhension concernant la culotte de règles, et son prix freine l’achat. …

    J'aime

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s